La maltraitance

La maltraitance envers une personne âgée… Il convient de retenir ici une acceptation large des notions de violence et de maltraitance, en référence à la définition qui en a été donnée par une commission du Conseil de l'Europe en 1987 à propos des personnes âgées :

« La violence se caractérise par tout acte ou omission commis par une personne, s'il porte atteinte à la vie, à l'intégrité corporelle et psychique ou à la liberté d'une autre personne ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière ».

La maltraitance s'entend de toutes formes de violences et de négligences, notamment physiques, morales et psychologiques, médicamenteuses, financières, négligences active (l'enfermement...) ou passive (absence d'aide à l'alimentation...), violation des droits civiques (contrainte sur bulletin de vote). La maltraitance engendre un tort ou une blessure.

Elle constitue une atteinte aux droits fondamentaux et à la dignité de la personne.

La maltraitance peut s'exercer aussi bien au domicile de la personne âgée qu'en institution et émaner des professionnels comme de l'entourage. Si ce phénomène est méconnu, c'est, d'une part, parce qu'en France la prise de conscience de l'existence de telles pratiques s'est réalisée assez récemment et que, d'autre part, la question revêt un caractère tabou. Il est, en effet, extrêmement difficile pour la société d'admettre que l'on puisse avoir recours à de telles violences car en portant atteinte à la dignité de la personne âgée, c'est à la dignité même de l'homme que l'on s'en prend.  De plus, les victimes le plus souvent se taisent (sentiment de honte, peur de représailles éventuelles…). Il est donc aujourd'hui malaisé de quantifier réellement le problème.

En savoir plus

image002